Blog

OpenStack Summit

drico
09/05/2018
Nous serons présent à l'Openstack Summit 2018 à Vancouver !
openstack summit

Comme chaque année nous serons présent pour la grande conférence OpenStack. Cette année pas mal de nouveautés à venir, notamment sur les technologies de containers avec notamment plusieurs sessions autour de Kata container le nouveau venu dans le monde des containers sous openstack.

Egalement au menu :

  • des sessions ceph qui ne manqueront pas de nous donner des idées pour améliorer notre cluster de stockage
  • de la mise en place autour de kubernetes et la gestion des containers docker dans Openstack
  • la haute disponibilité des volumes Cinder
  • et bien sur les goodies de la market place

Cette année la conférence est conjointe avec un sommet autour du CI/CD ce qui également nous concerne en premier lieu afin d'améliorer nos méthodes du développeur à la mise en production.

Si vous y êtes aussi n'hésitez pas à nous faire signe, nous adorons échanger sur ces sujets !

Gérer proprement vos modules

jcisio
29/09/2013
Dans cet article, je présente une approche pour ranger les fonctions dans votre module en utilisant la programmation orientée objet (OOP). Cela n'a par contre rien à voir avec Drupal 8.

Dans cet article, je présente une approche pour ranger les fonctions dans votre module en utilisant la programmation orientée objet (OOP). Cela n'a par contre rien à voir avec Drupal 8.

Traditionnellement, dans un module, toutes les fonctions sont préfixées par le nom du module et présente dans le fichier ton_module.module. Ça fait un gros fichier ! Même si Dries a dit qu'il ne voyait pas de problème avec un fichier .module de 100 Ko, aujourd'hui on a la tendance de faire des petits fichiers ton_module.*.inc, chacun a une responsabilité unique. Pour utiliser une fonction dans ces fichier :

  • soit on met une require_once au début du fichier .module ;
  • soit on chaque fois on a besoin d'une fonction, on commence par module_load_include() ;
  • soit on charge le fichier automatiquement (le cas avec hook_menu(), hook_theme() etc.).

Si vous travaillez avec Drupal depuis un peu de temps, vous devriez connaître tout cela. Mais si on veut aller plus loin, on peut mettre les fonctions dans des classes sous forme des méthodes statiques. Les avantages sont :

  • autoload de toutes les classes ;
  • et l'utilisation propre de l'espace de nom.

Pour l'autoload, vous pouvez mettre classiquement les fichiers dans le .info dans les lignes files[] = ..., ou bien vous écrivez votre propre class loader si vous êtes trop paresseux pour modifier les fichiers .info, sinon vous pouvez en récupérer un avec Google.

Pour l'espace de nom, ce n'est pas forcément la vraie nouvelle fonctionalité du PHP 5.3 (car il arrive que vous utilisez encore la version 5.2), mais le nom de classe. Vous n'avez pas besoin de préfixer les méthodes dans vos classes. Votre intélligent IDE (vim l'est aussi) pourra avoir des suggestions plus pertinentes. Exemple : vous travaillez sur un projet "vous", avec 20 modules "vous_module1", "vous_module2"..., dans chaque module vous avez des fonctions vous_module1_fonction1, vous_module1_fonction2... et vous tapez "vous" votre IDE va suggérer 10 fonctions qui sont tous dans le premier module vous_module1. Pas très pertinent. Avec les classes séparées, votre IDE présente d'abord des classes, puis les méthodes quand vous complétez le nom de classe. Plus pratique !

Les méthodes enveloppées dans des classes ne pollue pas le scope global, elles aident aussi pour le refactoring ou le protypage ou le test. Mais l'article est trop long, donc j'arrête. Quand même, avant, pour l'info, ce paradigme est utilisé récemment dans Drupal 7 avec la classe FieldInfo (par yched et al.) et c'est très bien. Il n'y a alors pas de raison pour ne pas l'utiliser.

PS : un article sans code, mais allo quoi.

ton_module.inc

function ton_module_faire_1() {} function ton_module_faire_2() {}

sera :

TonModule.php

class TonModule { public static function faire_1() {} public static function faire_2() {} }