Blog

Etude de cas - Atlas

emeline.peysson
23/06/2020
En octobre 2019 et après l’application de la loi pour « la Liberté de choisir son avenir professionnel », les OPCA Opcabaia et Fafiec ont fusionné afin de donner naissance à l’Opco Atlas. La création d’un nouveau site internet institutionnel était donc indispensable. Pour cela, Drupal s’est imposé comme le CMS incontournable.
Etude de cas Opco Atlas

En octobre 2019 et après l’application de la loi pour « la Liberté de choisir son avenir professionnel », les OPCA Opcabaia et Fafiec ont fusionné afin de donner naissance à l’Opco Atlas. La création d’un nouveau site internet institutionnel était donc indispensable. Pour cela, Drupal s’est imposé comme le CMS incontournable.

Le contexte : une décision gouvernementale modifiant l'environnement institutionnel

Pensé dans un contexte assez particulier, à savoir, la fusion des OPCA en OPCO, la réalisation du site internet d’Atlas a débuté à l’été 2019, alors que l’accord de fusion n’était pas encore signé. Atlas avait pour objectif de mettre en ligne son site internet en janvier 2020. Pour cela, des ateliers avec les entreprises adhérentes, les  partenaires, les prestataires et les acteurs internes ont été réalisés afin d’aboutir aux spécifications fonctionnelles. L’objectif, pouvoir répondre à la problématique suivante : comment s’adresser à différents publics au sein d’un même site internet ?

« Notre nouvelle identité et nos nouvelles missions impliquaient de se faire connaitre et reconnaître par nos publics. La création d’un site institutionnel était donc vraiment stratégique pour nous.»
Lucie ROLLAND, Chargée de communication plurimédia chez Atlas

En effet, Atlas s’adresse à plusieurs cibles, chacune d’entre-elles avec des besoins différents :

  • Les entreprises et notamment celles de moins de 11 salariés qui souhaitent renforcer les compétences de leurs collaborateurs et faire des ressources humaines un levier de réussite.
     
  • Les particuliers comprenant les demandeurs d’emploi, les salariés et les étudiants voulant se former ou consolider leurs qualifications.
     
  • Les prestataires comprenant les cabinets de conseil, les CFA et les organismes de formation avec lesquels travaille Atlas.
     

Les trois défis à relever : notoriété, accessibilité et personnalisation du site internet

La création du site web d'Atlas a dû répondre à 3 objectifs de taille, à savoir :

  • Se faire connaître auprès de ses publics grâce à un site en rupture avec ce qui est déjà fait par les autres acteurs du marché. Avec une charte graphique forte et différenciante, à la place d’utiliser des photographies, Atlas a fait le choix d’utiliser des illustrations afin d’offrir un environnement de navigation plus convivial.
     
  • Faciliter l’accès aux différents services de l’Opco en faisant de son site web, la porte d’entrée vers les autres sites annexes : extranet, services en ligne, certifications, offre de formation, site jeune…
     
  • Donner à l’internaute toute l’information qu’il recherche et lui proposer une personnalisation de sa navigation en fonction de son profil et de sa localisation pour répondre à des enjeux de proximité territoriale. Ainsi, l’utilisateur, lorsqu’il est connecté via ses identifiants MyAtlas ou à l’aide de la fonctionnalité de personnalisation, accède à des pages d’atterrissage et des contenus spécifiques, notamment pour les parties « Agenda » et « Actualités » du site.

« Il était évident que nous devions aller vers une personnalisation de l’expérience utilisateur. Aucun des sites du Fafiec et d’Opcabaia ne proposait cette approche, alors que d’autres opérateurs de notre écosystème la privilégiait déjà. Atlas nous a donné l’opportunité de penser autrement l’interaction avec nos publics cibles. »
Naïma LATRECHE, Directrice réseau & proximité clients chez Atlas
 

La solution : un CMS puissant pouvant être relié au CRM de l'organisme

Après 4 mois de travail sur un projet relativement ambitieux au timing très serré, le site web d'Atlas a été mis en production le 28 janvier 2020. Le site internet est responsive, s’adapte à tous les terminaux (ordinateur, tablette, téléphone) et il est organisé en 4 entrées principales en fonction du profil de l’internaute : « Atlas », « Entreprise », « Particulier » et « Prestataire ». De plus, le site web est 100% accessible et a été conçu avec le niveau de conformité « AA » recommandé par l’Union Européenne pour l’accessibilité des personnes en situation de handicap. Enfin, le site internet est relié au CRM de l’Opco, ce qui permet d’automatiser un certain nombre de process avec :

  • La partie « Préférences » via l’espace My Atlas permettant la remontée de critères liés à la fiche client.
     
  • Les parties « Agenda » et « Appels d’offres » dont le contenu est créé dans le CRM par les contributeurs avant d’être synchronisé et affiché sur le site web. C’est le cas pour les événements par exemple.

« Techniquement, on sent que les équipes savent de quoi elles parlent et qu’elles maitrisent le CMS. Elles sont impliquées et rigoureuses dans la mise en place des process et des fonctionnalités. Je suis très heureuse du travail qui a été fait et d’autant plus de l’accompagnement qui a été réalisé par la Chef de projet Delphine. Nous pouvons être fières du travail accompli tous ensemble. »
Lucie ROLLAND, Chargée de communication plurimédia chez Atlas
 

Atlas et Axess Open Web Services : une relation de confiance

Axess Open Web Services a été choisi par Atlas parmi 8 autres agences digitales pour son expertise Drupal.Un choix qui s’est avéré judicieux au vu des résultats : un mois seulement après le lancement du site internet, l’organisme avait déjà enregistré plus de 140 000 sessions et 50 000 visiteurs uniques. C'est pourquoi, les équipes d’Axess Open Web Services poursuivent aujourd’hui encore, ce projet avec Atlas, afin de toujours plus améliorer ce site internet (meilleur affichage des images, réduction du temps de chargement des pages) et de lui apporter des fonctionnalités supplémentaires. Sans oublier prochainement, la mise en place d’une API. Mais pour en savoir plus, il va falloir patienter encore un peu…

Télécharger l'étude de cas
 

Le saviez-vous ?

Les OPCO (Opérateurs de compétences) sont des organismes qui sont habilités à collecter un pourcentage de la masse salariale des entreprises pour financer la formation professionnelle. Atlas a été créé le 16 octobre 2019 et représente 15 branches professionnelles (110 000 entreprises et 1,6 millions de salariés en France). Elle est implantée dans 8 régions et possède des antennes sur tout le territoire métropolitain et en région Corse. Ses missions passent par le développement de l’alternance, l’aide aux entreprises et l’accompagnement des ressources humaines.
Découvrir le site web d'Atlas

Etude de cas - Agefiph

emeline.peysson
21/02/2020
L’Agefiph, acteur majeur de l’emploi des personnes en situation de handicap, a fait confiance à Axess Open Web Services pour la refonte de son site internet afin d’en faire une référence nationale en termes d’expérience utilisateur et d’accessibilité numérique. Focus sur un projet pas comme les autres !
Etude de cas Agefiph

L’Agefiph, acteur majeur de l’emploi des personnes en situation de handicap, a fait confiance à Axess Open Web Services pour la refonte de son site internet afin d’en faire une référence nationale en termes d’expérience utilisateur et d’accessibilité numérique. Focus sur un projet pas comme les autres !
 

Le contexte : vers le développement de l’emploi des personnes handicapées

Au service des personnes handicapées et des entreprises privées, la mission de l'Agefiph est de favoriser l'insertion, le maintien et l'évolution professionnelle des personnes handicapées dans les entreprises du secteur privé.

L’association est l’interlocutrice privilégiée de toutes les entreprises privées, quelle que soit leur taille, qui souhaitent développer une politique d’ouverture au handicap. Elle soutient leurs actions destinées à recruter, maintenir et faire évoluer des personnes handicapées.

Créé en 2010 sous le CMS eZ Publish, l’ancien site internet de l’Agefiph ne répondait plus aux standards et usages du web ni aux normes d’accessibilité numérique obligatoires pour la navigation des personnes handicapées. Une refonte était donc inévitable pour remettre le site à niveau.
C’est ainsi qu’en 2018, l’Agefiph a décidé de faire confiance à Axess Open Web Services pour la refonte de son site internet sous la technologie Open Source Drupal 8, le CMS le plus accessible du marché. En effet, les efforts mis en place depuis de nombreuses années par la communauté permet à Drupal de se conformer aux référentiels internationaux WCAG et ATAG du W3C. Pour mener à bien ce projet de refonte, deux autres prestataires ont rejoint l’équipe de refonte :  l’agence SPINTANK, pour l’éditorial et la conception graphique, et la société Atalan, pour l’accessibilité numérique.

« eZ Publish était un outil assez complexe à prendre en main. Nous devions aller vers un CMS beaucoup plus simple et intuitif pour nos contributeurs régionaux. Axess Open Web Services a su nous convaincre que Drupal était la solution faite pour nous. Aujourd’hui, nous sommes une vingtaine de personnes à travailler sur le CMS et nous n’avons que des bons retours. »
Inès Brunot, Chargée de communication chez l’Agefiph    

C’est donc en avril 2019 que l’association a sorti un tout nouveau site internet. Plus accessible, il est tourné vers les utilisateurs et adapté aux standards actuels du web. Le nouveau site  internet correspond davantage à ses cibles et propose les principales nouveautés suivantes :  

  • Un accès simple et rapide à tous les contenus du site.
  • Une visibilité accrue donnée à l’action de l’Agefiph
  • Un site répondant aux normes d’accessibilités imposées par la loi
  • Une palette d’outils pour partager les contenus du site sur les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn et Twitter).
  • Un site entièrement « responsive, » permettant une consultation optimisée sur PC, smartphone ou téléphone et exemplaire en matière d’accessibilité.
  • Des contenus allégés avec une simplification du discours, un ton plus convivial, plus humain pour créer du lien entre l’Agefiph et son public.
  • Un centre de ressources proposant des supports (textes, vidéos…) de référence sur la thématique handicap et emploi.

Et en termes d’accessibilité ?

  • Des jeux de contraste et de couleur
  • Un accès pour les personnes sourdes et malentendantes
  • Des sous-titrages et de la transcription textuelle
  • De la synthèse vocale
  • Des contenus allégés avec une simplification du discours

« En tant qu’acteur de référence du secteur, nous nous devons d’être irréprochable en termes d’accessibilité numérique. »
Inès Brunot, Chargée de communication chez l’Agefiph  

La solution : un nouveau site web tourné vers l’utilisateur

Dès le démarrage et à chacune des étapes de la conception, les cibles principales de l’association, utilisatrices du site ont été associées au projet. Plusieurs entretiens et ateliers ont permis de recueillir les besoins, d’analyser les usages et de définir ainsi l’environnement technique du site, son design, son ergonomie, ses contenus et les principes d’accessibilité.
Par ailleurs, la société Atalan a notamment contrôlé chaque étape du projet afin de garantir l’accessibilité du site web dans son ensemble.

Quant à la solution Drupal, elle a plus que rempli son rôle grâce à ses fonctionnalités accessibles en Back et Front-office ainsi qu’à un ensemble de modules contribués dédiés à améliorer l’accessibilité des sites web.

Aujourd’hui, l’Agefiph constate que l'activité de son site a évolué, faisant progresser le nombre de visiteurs sur son site.
L’association entend maintenir l’accessibilité de son site. Pour cela, des formations en accessibilité ont été délivrées par Atalan, à tous les contributeurs du site.

L’Agefiph, satisfaite de la livraison du site et du professionnalisme des équipes d’Axess Open Web Services, a souhaité poursuivre la collaboration avec le développement de nouvelles fonctionnalités sur 2020.
Rappelons qu’Axess Open Web Services est certifié Opquast qualité Web, certification qui permet à l’agence d’appréhender au mieux le sujet de la qualité et de l’accessibilité lors du développement d’un site internet tel que celui de l’Agefiph.

« Axess a vraiment été présent et à l’écoute tout au long du projet. Très professionnels, nos interlocuteurs ont su nous accompagner et nous conseiller pour que notre site internet réponde aux attentes de nos cibles. »
Inès Brunot, Chargée de communication chez l’Agefiph

Télécharger l'étude de cas
 

Le saviez-vous ?

Suite à la loi de 1999, toute entreprise de 20 salariés ou plus doit employer au minimum 6% de personnes en situation de handicap au sein de ses effectifs, sans quoi elle doit payer une contribution annuelle à l’Agefiph.
L’Agefiph (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées) possède 14 délégations régionales dans toute la France. Elle aide les personnes handicapées dans l’accès à l’emploi et les entreprises dans leurs politiques d’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.
Et vous, où en êtes-vous en termes d’accessibilité numérique ?
Découvrir le site web de l'Agefiph

 

Portrait de Stamatia Mavri, Développeuse Drupal

emeline.peysson
27/11/2019
Après de brillantes études d’ingénierie informatique en Grèce, Stamatia a rejoint l’équipe d’Axess Open Web Services en 2018. Interview vérité sur son métier de développeuse Drupal / PHP / MySQL.
Stamatia Mavri Développeuse Drupal

Après de brillantes études d’ingénierie informatique en Grèce, Stamatia a rejoint l’équipe d’Axess Open Web Services en 2018. Interview vérité sur son métier de développeuse Drupal / PHP / MySQL.

Axess Groupe : Peux-tu te présenter rapidement ?
Stamatia Mavri : Je m’appelle Stamatia et je suis développeuse Drupal depuis 3 ans maintenant.

A.G : Tu viens de Grèce c’est ça ?
S.M : Tout à fait. Mais je souhaitais voir autre chose et bouger. J’ai donc profité du fait d’avoir des amis ici (en France) pour découvrir le pays. Aujourd’hui, j’y exerce le métier que j’aime.

A.G : Comment es-tu devenue développeuse ?
S.M : Pour être honnête, je n’ai pas vraiment choisi ce métier par vocation, mais parce qu’il y avait des débouchés dans ce secteur. Puis, lorsque j’ai commencé mes études, j’ai découvert le digital et ses différents aspects. Ça m’a vraiment plu. Je me suis donc spécialisée au fur et à mesure des années pour aujourd’hui devenir développeuse web.

A.G : Que préfères-tu dans ton métier ?
S.M : Sûrement le fait de pouvoir travailler sur différents projets à la fois. Cela me permet d’apprendre constamment de nouvelles choses et d’évoluer tant humainement que techniquement.

A.G : Et quelles seraient les plus grandes difficultés du poste selon toi ?
S.M : Déjà, il est indispensable de savoir organiser son temps car c’est un métier où il faut savoir jongler en permanence avec différentes tâches. Sans compter qu’il faut se tenir au courant des dernières technologies et outils qui apparaissent sur le marché.

A.G : C’est donc un métier où il faut être curieux ?
S.M : Oui en effet. Je pense que sans curiosité, il est très difficile d’être développeur.

A.G : Et tu as toujours travaillé sur Drupal ?
S.M : Oui, toujours. A l’école, j’ai bien appris d’autres langages web mais j’ai toujours utilisé Drupal. Même dans l’entreprise où je travaillais précédemment, j’étais sous Drupal.

A.G : D’ailleurs, pourquoi avoir décidé de rejoindre Axess Open Web Services ?
S.M : Pour l’envie d’évoluer et la volonté de voir autre chose. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix. L’entreprise est bien organisée, il y a une bonne ambiance et j’ai une belle relation avec mes collègues de travail. De plus, chez Axess, nous avons l’opportunité de pouvoir être actif dans la communauté Drupal. J’ai d’ailleurs eu la chance de participer au dernier DrupalCon qui s’est tenu à Amsterdam en octobre dernier.

A.G : Le DrupalCon ? Tu peux nous en dire plus ?
S.M : C’était une première pour moi et j’ai adoré. Le DrupalCon est un des rassemblements incontournables de la communauté Drupal. J’ai pu y rencontrer des personnes du monde entier et échanger avec eux sur leurs expériences, leur métier et leur façon de travailler. Quatre jours de sessions très intéressantes qui m’ont permis d’en apprendre plus sur les nouveautés de Drupal 8 et d’en savoir davantage sur Drupal 9 qui arrivera prochainement.

A.G : Une date de sortie pour Drupal 9 ?
S.M : C’est dans quelques mois, le 3 juin 2020 pour être précise. Il y aura bien entendu des évolutions, mais cette version ne devrait pas être trop différente de la précédente. Le véritable objectif de Drupal 9 est de rendre le CMS accessible à tous.

A.G : Pour en revenir à ton métier, à quoi ressemble une journée type de travail quand on est développeuse Drupal chez Axess Open Web Services ?
S. M : Tout commence par un café ! Ensuite, je regarde mon planning, les projets en cours ainsi que les tickets ouverts. Une fois cela fait, je peux commencer à travailler.

A.G : Et tu utilises beaucoup d’outils différents ?
S.M : Pour le codage, j’utilise PHPStorm. C’est un éditeur PHP, HTML, CSS et JavaScript. Ensuite, Redmine me suit partout car il me permet de gérer les tickets. Et enfin, Toggl pour le temps passé sur chacune de mes tâches et de mes projets.

A.G : En parlant de ça, quel est pour toi le plus beau projet auquel tu aies participé ?
S.M : Je dirais celui de Paris Musées car c’est un des premiers projets sur lequel j’ai travaillé quand je suis arrivée chez Axess Open Web Services. J’ai d’ailleurs toujours la chance de le suivre aujourd’hui. C’est ce que j’aime le plus dans mon métier : mener un projet de A à Z, réfléchir aux configurations possibles, coder, mettre en production, faire évoluer, etc. C’est motivant et inspirant !

A.G : Pour terminer cette interview, tu aurais un conseil à donner à ceux qui souhaitent devenir développeur ?
S.M : Si je devais n’en donner qu’un seul, ce serait celui d’aimer son travail, d’être passionné. C’est indispensable dans ce métier !

 

Etude de cas - Paris Musées

emeline.peysson
22/10/2019
Face aux enjeux et aux mutations digitales de ces dernières années, Paris Musées voit sa relation avec son public se modifier. C’est dans ce contexte que l’institution publique a lancé en 2016, un portail des collections inédit regroupant les 14 musées municipaux de la ville de Paris avec comme objectif premier de donner plus de visibilité à ses œuvres. Retour sur ce projet innovant.
Etude de cas Paris Musées

 

Face aux enjeux et aux mutations digitales de ces dernières années, Paris Musées voit sa relation avec son public se modifier. C’est dans ce contexte que l’institution publique a lancé en 2016, un portail des collections inédit regroupant les 14 musées municipaux de la ville de Paris avec comme objectif premier de donner plus de visibilité à ses œuvres.

 

Une stratégie digitale adaptée au milieu culturel

Chercheurs, grand public, professionnels d’art… Paris Musées a fait appel à Axess Open Web Services afin de renforcer sa stratégie de communication auprès de ses publics et ainsi répondre à quatre objectifs :
-    Créer un portail commun pour les 14 musées municipaux de Paris en y intégrant une passerelle unique vers leurs différents sites web.
-    Accroître la visibilité de ses collections comprenant 1 million d’œuvres et permettre une navigation fluide via internet.
-    Inciter l’internaute à parcourir le portail grâce à des thématiques illustrés par les œuvres des collections.
-    Communiquer et mettre en valeur ses expositions sur son portail tout en valorisant sa programmation d'activités culturelles dans les musées grâce à une refonte du site internet réalisée en janvier 2019.

« Nous avons choisi Axess Open Web Services pour leur compréhension de notre problématique et leurs références dans le domaine institutionnel, mais également pour leur approche technique et ergonomique. » explique Philippe Rivière, Chef du Service numérique de Paris Musées.

Drupal : un CMS puissant pour un projet d’envergure

L’ensemble des sites internet de Paris Musées fonctionnant déjà sous Drupal, le choix de ce CMS était fortement conseillé : « Une fois le cahier des charges validé, tout est allé très vite. Le plus gros du travail a été mené dans les flux des données et la numérisation des œuvres » nous confie Philippe Rivière.
Ouvrant une infinité de portes, le site web a été fait sur-mesure : il est notamment responsive, multilingue et doté d’un espace utilisateur. Qui plus est, une base de plusieurs millions d’items a été traitée afin de pouvoir proposer tout un ensemble de fonctionnalités : rechercher, filtrer, affiner et trier est très facile, sachant que le site propose également de personnaliser sa navigation avec des nouveautés et des suggestions en fonction de ses goûts personnels.

Vers une ouverture des données : l’Open data

Paris Musées a aussi la volonté de présenter en ligne un contenu ouvert et homogène grâce à l’utilisation d’une API (Application Programming Interface ou Interface de programmation en français).
L’API fait office de passerelle et récupère les informations dont elle a besoin dans une base de données unique (le portail des collections) pour ensuite les réinjecter dans les différents sites internet de Paris Musées (exemple : Musée Cernuschi, Petit Palais) et leurs applications mobiles ("Pas à Pas" du Musée Carnavalet).

D’abord à vocation interne, cette API a été ouverte à l’internaute début 2020 afin qu’il ait accès librement à toutes les données textuelles disponibles sur le portail des collections. Notamment très attendu par les chercheurs, étudiants et enseignants, cette démarche d’Open Content permet ainsi le libre accès et la réutilisation de fichiers numériques haute définition (aujourd’hui plus de 150 000 oeuvres), sans restriction technique, juridique ou financière, et cela quel que soit l’usage (commercial ou non)..

Des retombées non négligeables

Après la sortie de son site web « Paris Musées collections » en 2016, l’image de l’institution s’est renforcée avec pas moins de 14 retombées presse papier (Le Quotidien de l’art, Femme Actuelle, Direct Matin…), 39 retombées web (Le Parisien, Aujourd’hui Paris…) et 3 reportages télévisés (France 2, France 3 et BFM Business).
Le site a même été accompagné d’une campagne de communication sur Instagram où 10 instagrameurs ont réinterprété de façon créative et décalée les chefs d’œuvre qui étaient diffusés en ligne. Les créations ont ensuite été exposées dans la gare Saint-Lazare à Paris pendant près de 3 mois. Résultat : pas moins de 33 retombées en France (M6, France inter, Les Inrocks…) et 56 à l’internationales (The Telegrap, Mashable, Lonely Planet…).

Aujourd’hui, Paris Musées c’est :
-    Plus de 310 000 œuvres en ligne
-    Plus de 11 000 archives
-    Près de 11 000 ressources bibliographiques
-    Environ 40 000 visiteurs uniques par mois sur le site internet

Des améliorations continues

Trois ans plus tard, Paris Musées et Axess Open Web Services travaillent toujours ensemble afin d’améliorer sans cesse le parcours utilisateur tant d’un point de vue ergonomique que technique : « L’avantage d’Axess Open Web Services c’est son organisation projet, sa réactivité, sa réelle disponibilité au niveau des ateliers et son immersion complète dans la culture de notre institution. Cela leur permet de comprendre parfaitement nos enjeux et nos contraintes » indique Philippe Rivière.

Télécharger l'étude de cas

 

Le saviez-vous ?

Paris Musées est une institution publique administrative créée en janvier 2013. Elle rassemble les 12 musées municipaux de la ville de Paris et 2 sites archéologiques.
http://www.parismusees.paris.fr/fr
http://parismuseescollections.paris.fr/fr

Portrait de Jean Fenouil, Chef de projet technique

emeline.peysson
14/06/2019
Après de nombreuses années d’expérience en tant que développeur Drupal et Symfony 2 sur des projets d’envergure, Jean a rejoint l’aventure Axess Open Web Services en 2016. Il est aujourd’hui Chef de projet technique. Focus sur ce métier passionnant !
Jean-Fenouil

Après de nombreuses années d’expérience en tant que développeur Drupal et Symfony 2 sur des projets d’envergure, Jean a rejoint l’aventure Axess Open Web Services en 2016. Il est aujourd’hui Chef de projet technique. Focus sur ce métier passionnant.

Axess Groupe : Que préfères-tu dans ton métier ?
Jean Fenouil : Je pense que c’est la partie relationnelle.
Quand tu es Chef de projet, tu es avant tout une interface entre le client, les architectes et les développeurs, l’objectif étant de trouver des solutions et des compromis pour chacun.

A.G : Quelles est la plus grande difficulté du poste selon toi ?
J.F : Le nombre de projets simultanés est parfois important et il est délicat de statuer sur des compromis entre les difficultés de réalisation et ce que veut le client.
Il faut aussi savoir gérer d’éventuels retards, s’organiser en conséquence et reprioriser ses tâches.

A.G : Il faut donc être agile…
J.F : Exactement. Et ne pas avoir peur d’être interrompu régulièrement !

A.G : Un conseil pour ceux qui souhaiteraient devenir Chef de projet ?
J.F : Il faut être curieux de son métier, avoir un bon relationnel et savoir être agréable. Si tu as toutes ces qualités, il n’y a pas de raison que ça se passe mal.

A.G : Un autre conseil ?
J.F : Ne pas s’imaginer qu’il faut d’abord être développeur avant d’être Chef de projet. Ce sont des métiers différents. La continuité de développeur serait plutôt d’être architecte.

A.G : Pourtant, tu as pris une voie différente…
J.F : C’est vrai et c’est un véritable « plus » dans mon quotidien, surtout chez Axess Open Web Services.
Ma culture technique me permet aujourd’hui de savoir évaluer les temps et de mieux guider mes équipes. Je peux aussi faire d’éventuelles vérifications et prendre des décisions rapidement si les développeurs ne sont pas disponibles quand j’en ai besoin.

A.G : A quoi ressemble ta journée type ?
J.F : C’est travailler sur plusieurs projets en simultané, entre 3 et 4 généralement. Des projets qui demandent souvent soit de la technique, soit de la maintenance.
Je gère également les plannings, assure parfois une réunion en interne et reçois ou passe quelques appels téléphoniques à mes clients.

A.G : Et pour ça, quels outils de travail utilises-tu ?
J.F : Redmine pour la gestion des tickets, PHPStorm pour le développement, TeamGantt et Excel pour les plannings.
J’utilise également ma boite mail et les sites web de mes clients bien entendu.
Enfin, Toggl m’accompagne tout au long de la journée et m’indique le temps passé sur chacune de mes tâches.

A.G : Et sinon, pourquoi avoir décidé de rejoindre Axess Open Web Services ?
J.F : C’est déjà pour pouvoir travailler sur de beaux projets. Des projets majoritairement institutionnels et qui portent de belles valeurs.
La seconde raison concerne la société en elle-même et sa taille humaine. Chez Axess Open Web Services, tu connais tes collègues et il existe un rapport de confiance avec ta direction. La taille de l’entreprise te permet également de voir directement l’impact des actions que tu mènes et évite beaucoup d’inerties.

A.G : Si tu devais me citer le plus beau projet auquel tu ais participé chez Axess Open Web Services, ce serait lequel ?
J.F : C’est un des premiers projets sur lequel j’ai travaillé quand je suis arrivé : celui de La Cité de l’architecture et du patrimoine.
C’est un site agréable, efficace et sans trop de complexité. Sans compter que les clients sont exemplaires et humains. Ils ont des demandes réalisables et savent écouter nos conseils.

A.G : C’est la fin de cet interview. Tu aimerais ajouter une dernière chose ?
J.F : Oui. Ne pas oublier qu’être Chef de projet, c’est avant tout être humain !
Je pense que le terme « Chef » n’a pas lieu d’être. Je dirais plutôt que je suis un « facilitateur » d’échanges entre les équipes et le client.

 

Retour sur le DrupalCamp Paris 2019

Nono
21/02/2019
Les 15/16/17 février 2019 s’est déroulé le Drupal Camp Paris et l’ équipe AOWS était bien sur de la partie.
Photo de la Tour Eiffel au coucher du soleil

Les 15/16/17 février 2019 s’est déroulé le Drupal Camp Paris et l’ équipe AOWS était bien sur de la partie.

Bien que certains dans l'équipe aient arrêté de compter le nombre de DrupalCamps auxquels ils ont participé, c'était pour moi le 1er (après une petite Drupal Europe à Darmstadt).

Un DrupalCamp, c’est l’occasion de voir où en est l’état de l’art dans la communauté, et j’ai pu assister à 5 présentations business (dont deux des nôtres),

Les projets présentés représentent assez bien le coeur de cible de Drupal, à savoir :

  • des projets ambitieux,
  • avec des processus métiers complexes, nécessitant des adaptations custom.
  • souvent multisites, et/ou multilingues.

Et en la matière, nous n'avons pas à rougir des dernières réalisations que nous avons pu sortir .

Et c’est bien sûr l’occasion de pouvoir assister à des conférences s’adressant aux développeurs, et d’apprendre énormément. Pour les curieux qui seraient intéressés par un bref résumé des conférences, un framapad de prises de notes collaboratives existe : https://paris2019.drupal.fr/programme/prise-de-notes-collaboratives

Je recommande d’ailleurs la lecture du compte rendu de deux présentations pour ceux qui sont comme moi en train de progresser dans Drupal :

  • Audit de sécurité d'un site Drupal
  • Drupal 8 - Best practices

Mais s’il ne devait en rester qu’une, LA présentation que je retiendrai c’est celle de Floris Moriceau

https://paris2019.drupal.fr/programme/sessions/economiser-du-temps-dintegration-dans-vos-projets-drupal

Une histoire tragique d’intégration d’un site drupal qui tourne mal, inspiré de faits réels.

  • Des maquettes construites sous photoshop et pas du tout conçues pour être responsives (colonnage plus qu'hasardeux).
  • Maquettes qui seront ensuite validées par le client, sans que l’équipe technique n'ait son mot à dire.
  • Et en plus qui seront validées, alors que le périmètre fonctionnel (ce qui sera développé) sera différent (X features en moins).
  • L'UX designeur n'a aucune connaissance des contraintes technique du CMS. Parmi les nombreuses conséquences que cela va engendrer, il y a notamment la prise en compte du principe des "régions" d'un thème, et suivant l'affichage mobile ou desktop, d'essayer d'afficher les informations aux même endroits (un block en sidebar, qui se retrouverait dans le header par exemple).
  • En plus d'être affichées dans des endroits différents, les informations en mobile sont différentes de celles en desktop, sans raison particulière.
  • Et les maquettes pour mobiles arriveront quand on est déjà en train de faire l'intégration. Bref le site est "mobile-last".
  • Des créa de pages de contenu avec un lorem ipsum qui ne dépasse jamais.
  • Les fonts, sur psd chargées en 6 variantes, en vrai c'est pas terrible.
  • Un thème de base  bien connu est choisi sans que le themeur ait son mot à dire (par exemple le tristement célèbre thème boostrap drupal). Thème de base qui sera très difficile à surcharger et rallongera considérablement le temps d'intégration, plutôt que de partir ex-nihilo.
  • Les maquettes en psd sont ensuite recréées directement en page html/css. Et c'est aux devs à faire rentrer ensuite le "vrai" site dans l'intégration. D'après Floris, c'est à minima rallonger le temps d'intégration par 1.5. D'après moi, et pour l'avoir vécu, c'est plutôt multiplié par 3.
  • Le multilingue => Pas de maquettes en plusieurs langues. Alors que certaines polices d’écriture n'ont pas des caractères spéciaux, que certaines langues sont plus verbeuses et peuvent casser la navigation. Et que certaines langues se lisent de droite à gauche. Vous vous rendrez compte de tout ceci pendant la recette évidemment.
  • En pleine recette avant livraison, un audit SEO met en évidence une hiérarchie de titrage calamiteuse (conditionnelle suivant les pages, et incohérente en général). Mais le site est déjà developpé et intégré, et la charge prévue a depuis longtemps été dépassée.
  • Afin de répondre aux diverses contraintes évoqués plus haut, vous avez (ab)user de hooks, de preprocess, de scripts JS custom, etc. C'est un peu comme faire de la chirurgie (pas très) esthétique et de découper une personne pour la faire rentrer dans une taille donnée d'habits.
  • La conséquence directe de ce découpage bizarroïde, c'est que le site est devenu lent.

J’abonde en tout cas dans le sens de la conclusion :

"Il faut qu’il y ai un échange permanent entre le designer et le themer Drupal AVANT la validation des maquettes par le client. Cela n'empêchera en rien à ce que les maquettes vendent du rêve, de l'émotion, de racontez une user story dynamique et authentique , etc."

Et ca tombe bien, cette année nous allons ouvrir le recrutement pour un thémeur et un UX designer, afin d’internaliser ces compétences et d’avoir une meilleure synergie avec les « devs ».

Drupalcamp 2019 à Paris

piotre
05/02/2019
Les 15, 16 et 17 février 2019 aura lieu le Drupalcamp 2019 à Paris. Axess Open Web Services, partenaire de l’évènement, vous donne rendez-vous !
Drupalcamp 2019 Paris

Le 10éme Drupalcamp

Pour cette 10éme édition, le Drupalcamp se tiendra à l’espace Saint-Martin à Paris 3éme du 15 au 17 février 2019.

Ouvert à tous, le Drupalcamp est l’occasion pour la communauté Drupal de se retrouver pour échanger, apprendre et partager leurs connaissances autour du logiciel Open Source Drupal.

Au programme de ce Drupalcamp 2019 :
» Des retours d’expériences d’entreprises utilisatrices de Drupal.
» Des conférences autour de thématiques nouvelles données par des membres de la communauté Drupal et des professionnels reconnus.
»Des sessions de découverte pendant lesquels des démonstrations seront données à destination d’un public plus novice.

Axess Open Web Services partenaire de l’évènement

Actif au sein de la communauté Drupal depuis 2001 et expert en développement Open Source sous Drupal, Axess Open Web Servicessera présent au Drupalcamp 2019 en tant que partenaire.

Cet évènement sera l’occasion pour nos experts d’échanger avec la communauté autour des pratiques et nouveautés de Drupal et d’enrichir leur expertise.

Nous vous donnons rendez-vous !

https://paris2019.drupal.fr/

Les DrupalCamp en France, c'est reparti !

slybud
17/05/2016
C'est l'été et les événements business autour de Drupal refleurissent : Agora CMS, Drupagora, Mon p'tit chat agora ... oups, je m'égare.
logo drupal camp Nantes

C'est l'été et les événements business autour de Drupal refleurissent : Agora CMS, Drupagora, Mon p'tit chat agora ... oups, je m'égare.

Bien sûr, nos équipes commerciales seront ravies de vous croiser à l'occasion de ces rendez-vous, notamment à Drupagora, mais ce qui nous fait le plus vibrer, c'est l'annonce d'un grand DrupalCamp en France, j'ai nommé : Drupal Camp Nantes 2016 !

Avec les Dev Days, cela reste les meilleurs rendez-vous de la communauté, l'occasion d'assister à des conférences techniques de premier ordre, de renouer le lien avec la communauté fr, et de passer de très bons moments en se formant sur les dernières innovations Drupal 8.

Fidèle à sa tradition de sponsoring des DrupalCamp en France (et pas que, nous avons même sponsorisé le Drupal Camp Los Angeles fût un temps) depuis leur création, OWS est à nouveau fière de sponsoriser ce bel événement : nous sommes donc Sponsor Or du DrupalCamp Nantes !

Concrètement cela veut dire :

  • Notre soutien sans faille à la communauté
  • Un stand OWS sur l'événement, des offres d'emploi en ligne
  • Des collègues OWS que vous pourrez croiser et saluer lors de l'événement, il seront insatiables pour vous parler de Drupal 8 et et/ou de Scald si vous le souhaitez
  • Des goodies OWS dans votre sac de conférencier. Et cette année, nous avons tenu à rendre hommage à la région Nantaise et son Muscadet pour un goodie indispensable et inédit dans l'histoire des DrupalCamp.... Suprise le 10 juin

See you in Nantes (et pas à Beyrouth, les mélomanes comprendront) !

DrupalCamp : Paris 2013

DeFr
14/06/2013
Nous avons l'habitude de sponsoriser de nombreux événements Drupal (quelques exemples), mais lorsqu'ils se déroulent à Paris, nous nous devons de faire les choses en grand. Par conséquent, Open Web Solutions a décidé de s'investir sérieusement dans le Drupal Camp Paris, édition 2013.
logo drupal camp Paris

Nous avons l'habitude de sponsoriser de nombreux événements Drupal (quelques exemples), mais lorsqu'ils se déroulent à Paris, nous nous devons de faire les choses en grand. Par conséquent, Open Web Solutions a décidé de s'investir sérieusement dans le Drupal Camp Paris, édition 2013. Très concrètement, vous pourrez

  • Venir nous rencontrer sur notre stand tout au long des 3 jours de la conférence
  • Assister à l'une de nos conférences ou au sprint Scald
    • Le vendredi, de 17h à 17h45, Pierre T vous présentera quelques outils indispensables pour gérer votre projet sous Drupal
    • Le samedi, de 15h à 15h45, Sylvain vous expliquera pourquoi vous voulez utiliser Scald sur l'ensemble de vos projets pour gérer vos media, même si vous ne le savez pas encore. Tous les détails sur le site du DrupalCamp
    • Le samedi, de 16h20 à 17h05, Didier vous parlera de la mise en place de tests fonctionnels automatisés sur vos projets, via les technologies Behat et Mink. Pour plus de détails, c'est par là.
    • Le dimanche, de 10h à 12h, Pierre C vous montrera par la pratique comment construire un site media en 45 minutes. Les lecteurs les plus attentifs n'auront pas manqués de noter les 75 minutes d'écart entre la durée de la construction et la durée de la session, le but étant de multiplier les interactions avec l'audience pour aboutir à un résultat unique.
    • Le dimanche, à partir de 10h, Franck (c'est moi-même…) animera un sprint sur le module Scald
  • Repartir avec l'une des nos nombreuses surprises

A très vite au DrupalCamp !

Modules Drupal 7 en vrac

piotre
21/10/2011
Voici quelques modules qui m'ont été bien utiles pour nos derniers projets Drupal

Voici quelques modules qui m'ont été bien utiles pour nos derniers projets Drupal :