Blog

Portrait de Stamatia Mavri, Développeuse Drupal

emeline.peysson
27/11/2019
Après de brillantes études d’ingénierie informatique en Grèce, Stamatia a rejoint l’équipe d’Axess Open Web Services en 2018. Interview vérité sur son métier de développeuse Drupal / PHP / MySQL.
Stamatia Mavri Développeuse Drupal

Après de brillantes études d’ingénierie informatique en Grèce, Stamatia a rejoint l’équipe d’Axess Open Web Services en 2018. Interview vérité sur son métier de développeuse Drupal / PHP / MySQL.

Axess Groupe : Peux-tu te présenter rapidement ?
Stamatia Mavri : Je m’appelle Stamatia et je suis développeuse Drupal depuis 3 ans maintenant.

A.G : Tu viens de Grèce c’est ça ?
S.M : Tout à fait. Mais je souhaitais voir autre chose et bouger. J’ai donc profité du fait d’avoir des amis ici (en France) pour découvrir le pays. Aujourd’hui, j’y exerce le métier que j’aime.

A.G : Comment es-tu devenue développeuse ?
S.M : Pour être honnête, je n’ai pas vraiment choisi ce métier par vocation, mais parce qu’il y avait des débouchés dans ce secteur. Puis, lorsque j’ai commencé mes études, j’ai découvert le digital et ses différents aspects. Ça m’a vraiment plu. Je me suis donc spécialisée au fur et à mesure des années pour aujourd’hui devenir développeuse web.

A.G : Que préfères-tu dans ton métier ?
S.M : Sûrement le fait de pouvoir travailler sur différents projets à la fois. Cela me permet d’apprendre constamment de nouvelles choses et d’évoluer tant humainement que techniquement.

A.G : Et quelles seraient les plus grandes difficultés du poste selon toi ?
S.M : Déjà, il est indispensable de savoir organiser son temps car c’est un métier où il faut savoir jongler en permanence avec différentes tâches. Sans compter qu’il faut se tenir au courant des dernières technologies et outils qui apparaissent sur le marché.

A.G : C’est donc un métier où il faut être curieux ?
S.M : Oui en effet. Je pense que sans curiosité, il est très difficile d’être développeur.

A.G : Et tu as toujours travaillé sur Drupal ?
S.M : Oui, toujours. A l’école, j’ai bien appris d’autres langages web mais j’ai toujours utilisé Drupal. Même dans l’entreprise où je travaillais précédemment, j’étais sous Drupal.

A.G : D’ailleurs, pourquoi avoir décidé de rejoindre Axess Open Web Services ?
S.M : Pour l’envie d’évoluer et la volonté de voir autre chose. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix. L’entreprise est bien organisée, il y a une bonne ambiance et j’ai une belle relation avec mes collègues de travail. De plus, chez Axess, nous avons l’opportunité de pouvoir être actif dans la communauté Drupal. J’ai d’ailleurs eu la chance de participer au dernier DrupalCon qui s’est tenu à Amsterdam en octobre dernier.

A.G : Le DrupalCon ? Tu peux nous en dire plus ?
S.M : C’était une première pour moi et j’ai adoré. Le DrupalCon est un des rassemblements incontournables de la communauté Drupal. J’ai pu y rencontrer des personnes du monde entier et échanger avec eux sur leurs expériences, leur métier et leur façon de travailler. Quatre jours de sessions très intéressantes qui m’ont permis d’en apprendre plus sur les nouveautés de Drupal 8 et d’en savoir davantage sur Drupal 9 qui arrivera prochainement.

A.G : Une date de sortie pour Drupal 9 ?
S.M : C’est dans quelques mois, le 3 juin 2020 pour être précise. Il y aura bien entendu des évolutions, mais cette version ne devrait pas être trop différente de la précédente. Le véritable objectif de Drupal 9 est de rendre le CMS accessible à tous.

A.G : Pour en revenir à ton métier, à quoi ressemble une journée type de travail quand on est développeuse Drupal chez Axess Open Web Services ?
S. M : Tout commence par un café ! Ensuite, je regarde mon planning, les projets en cours ainsi que les tickets ouverts. Une fois cela fait, je peux commencer à travailler.

A.G : Et tu utilises beaucoup d’outils différents ?
S.M : Pour le codage, j’utilise PHPStorm. C’est un éditeur PHP, HTML, CSS et JavaScript. Ensuite, Redmine me suit partout car il me permet de gérer les tickets. Et enfin, Toggl pour le temps passé sur chacune de mes tâches et de mes projets.

A.G : En parlant de ça, quel est pour toi le plus beau projet auquel tu aies participé ?
S.M : Je dirais celui de Paris Musées car c’est un des premiers projets sur lequel j’ai travaillé quand je suis arrivée chez Axess Open Web Services. J’ai d’ailleurs toujours la chance de le suivre aujourd’hui. C’est ce que j’aime le plus dans mon métier : mener un projet de A à Z, réfléchir aux configurations possibles, coder, mettre en production, faire évoluer, etc. C’est motivant et inspirant !

A.G : Pour terminer cette interview, tu aurais un conseil à donner à ceux qui souhaitent devenir développeur ?
S.M : Si je devais n’en donner qu’un seul, ce serait celui d’aimer son travail, d’être passionné. C’est indispensable dans ce métier !

 

DrupalCon Amsterdam - Episode 2 : Etat des lieux sur Drupal Commerce 2019

Nono
08/11/2019
Toujours dans le sujet de la dernière DrupalCon qui s'est déroulée à Amsterdam en octobre dernier, focus sur l'actualité de Drupal Commerce.
Drupal Commerce

ROAD MAP

» Voir la vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=bSeG7YTCvks

Ryan Szrama, fondateur et CEO de l'entreprise Commerce Guys, maintenant renommée Centarro, est à l’origine du projet d’e-commerce le plus célèbre de Drupal. Au cours d'une conférence intitulée  "Taking Drupal Commerce to Market: 2019 Roadmap", il a fait le point sur l'avancement du projet Drupal Commerce.

Drupal Commerce offre avant tout un framework complet pour la construction de plateformes d'e-commerce. Et à la différence de ses concurrents (comme par exemple WooCommerce), cette nouvelle version a vraiment été pensée dans son ensemble (de manière "holistique") pour pouvoir s'adapter à tous les cas possibles. Et bien qu'atteignant un niveau de qualité et de flexibilité comparable (voir supérieur) à ses concurrents les mieux notés, la solution reste (et restera) complètement gratuite et Open Source.

Par ailleurs, l'e-commerce découplé est en pleine expansion et Drupal Commerce possède plusieurs avantages distinctifs par rapport à ses concurrents :

  • Pas de coût de licence
  • Une communauté active et expérimentée
  • Une flexibilité du framework
  • Une possibilité de construire des processus de paiement sur-mesure
  • Une gestion innée de l'internationalisation

Pourtant, malgré tous ses avantages et de multiples "success stories", Ryan nous rappelle que Drupal Commerce n'est pas souvent évoqué dans les conversations quand vient la question de savoir "quelle solution d'e-commerce choisir ?".

Les raisons à ce manque de visibilité sont multiples, mais la principale cause est l'avantage que possèdent les plateformes concurrentes d'avoir une voix faisant autorité derrière leur application, entraînant une bien meilleure promotion de la solution. Et cela que soit pour les études de cas mises en avant, la définition et mise en place de stratégies de marketing, ou même l'établissement clair et simple d'une roapmap pour le développement de nouvelles fonctionnalités. C'est un peu le revers de la médaille de l'Open Source !

 

Malgré tout, les efforts pour améliorer la solution continuent à un rythme encourageant :

  • Le module Commerce Address Book est finalement prêt. 

  • Dans la prochaine version, la prise en charge des différents taux de TVA sera en place.

  • Le module Commerce Invoice sera bientôt opérationnel et permettra une gestion complète de la facturation.

  • L'intégration de plateformes de paiement (Paypal, Stripe, etc) continue, notamment dans le cadre du respect de la réglementation européenne (EU PSD2).

  • Le support pour le module Commerce Reports est étendu par NY MEDIA. Nous devrions avoir de "jolis graphiques" à disposition bientôt, le reporting étant un élément clé du e-commerce.

  • La société "éditrice" Centarro met en place un véritable service de support professionnel pour Drupal Commerce (avec abonnement payant), afin que les utilisateurs trouvent plus facilement réponses à leurs questions.

  • La mise en place d'une roadmap claire pour l'ensemble de l'ecosystème. Vous pouvez la découvrir via ce lien : https://www.drupal.org/project/commerce/issues/2913801

  • Faciliter l'évaluation pour de nouveaux utilisateurs

    • Un "project template" est disponible pour composer. Il est ainsi possible d'installer un nouveau Drupal Commerce en une ligne de commande.

    • Dans le cadre d'un partenariat avec Nerdstein, il est désormais possible d'avoir une démo de Drupal Commerce en quelques clics et minutes sur simplytest.me.

 

Et pour finir, une des bonnes nouvelles est que Drupal Commerce 2 est déjà prêt pour Drupal 9 (qui sortira en juin 2020, dans 8 mois). Cela sera rendu possible grâce à la nouvelle stratégie de la communauté pour rendre plus simple les mises à jour pour les prochaines versions majeures (voir notre précédent billet de blog à ce sujet). Cette nouvelle peut paraître banale mais pour tous ceux qui ont connu l'expérience de la migration d'une solution d'e-commerce sous Drupal vers une nouvelle version majeure, c'est une grande bouffée d'air frais de savoir qu'il ne va pas falloir tout reconstruire encore une fois.

Pour rappel le passage de Ubercart à Drupal Commerce V1 (en Drupal 7) aura pris trois ans. Quant au passage de Drupal Commerce V1 à cette nouvelle version, elle aura également pris 3 ans.

 

    Drupal commerce : Qu'est ce qu'il y a sous le capot ?

    » Voir la vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=gknvo8-Hkkw

    » Voir les slides de la conférence :http://presentations.robiningelbrecht.be/drupalcon-amsterdam-2019/

    Lors de cette conférence Robin Ingelbrecht nous présente comment manier Drupal Commerce en tant que Framework. 

    Comment ajouter une étape dans le tunnel de commande ? Comment appliquer un cout d'expédition automatique si un produit possède une condition particulière ? Comment appliquer une réduction automatiquement si le panier dépasse un seuil (en montant et/ou en quantité de produits) ?

    Toutes ces questions, et bien d'autres encore ont leurs réponses dans cette présentation, qui est l'une de nos favorites de ce DrupalCon. Il s'agit du tutoriel parfait pour tout développeur backend commençant à mettre les mains dans la nouvelle version de Drupal Commerce.

     

    Conclusion

    Pour notre part, nous sommes plutôt enthousiaste par ce qu’apporte cette nouvelle version de Commerce. Elle est vraiment bien pensée en tant que Framework d’Ecommerce complet. En effet, tout est facilement implémentable, car il est possible de créer des plugins pour tous les cas (cf : plus haut la conférence de Robin Ingelbrecht). Pas de question de comment on va devoir tordre le système pour pouvoir répondre aux besoins du projet. Et la maintenance sur le long terme se promet déjà beaucoup plus simple et rapide que pour celle en Drupal 7. Enfin, avec les modules Invoice, Reports, et AdressBook, le framework est “complet” (ou quasiment).

    Néanmoins cette flexibilité vient avec un coût, celui de la complexité et du temps nécessaire pour comprendre l'outil quand on le découvre. Mais c'est là un peu la nature même de Drupal, sa principale force et faiblesse depuis toujours.

    Comme l'a résumé Dries Buytaert récemment, "Drupal est fait pour les projets digitaux ambitieux".  Cela signifie souvent pas mal de complexité, avec des besoins et des développements sur-mesure. Et malgré les meilleurs efforts, cela reste la responsabilité du développeur de faire attention à ce qui se passe.

    La principale difficulté que rencontre Drupal Commerce est en fait le passage de Drupal 7 à 8. Il nécessite parfois une véritable ré-écriture de modules, en plus de mises en places des processus de migration de contenus. Tout cela engendre un coût et réduit donc les chances de voir un client accepter de continuer à utiliser un CMS pour lequel la maintenance engendre un tel coût... A nous de lui faire changer d'avis en démontrant que cet investissement est payant sur le long terme !

    DrupalCon Amsterdam - Episode 1 : Drupal en route vers sa version 9

    Nono
    01/11/2019
    Du 28 au 31 octobre dernier, avait lieu l'événement incontournable de la communauté Drupal : la convention DrupalCon Amsterdam 2019. Et comme chaque année depuis plus de 10 ans, l'équipe d'Axess Open Web Services était présente.
    Drupal arrive à la fin de sa version 8, et n'est plus qu'à 8 mois de sa prochaine version majeure. Retour sur les évolutions à venir de notre CMS préféré !
    DrupalCon Amsterdam 2019

    La convention DrupalCon Amsterdam 2019 vient de s'achever. Comme chaque année depuis plus de 10 ans, l'équipe Axess Open Web Services était (bien !) présente. Cette année, c'est Stamatia, Didier et Pierre qui ont eu la chance de pouvoir y participer. Retour sur 4 jours 100% Drupal !

    Un moment incontournable de toute DrupalCon qui se respecte est bien entendu la présentation d'ouverture "keynote" (appelée Driesnote) de Dries Buytaert, le fondateur de Drupal. Ce dernier nous a ainsi confirmer que Drupal arrivait à la fin de sa version 8, et que nous ne sommes plus qu'à 8 mois de la sortie ("release") de sa prochaine version majeure.

    Voici un bref résumé des évolutions à venir de notre CMS préféré que nous avons pu entrevoir à cette conférence.

     

    Les dernières améliorations de Drupal 8

     

    • Drupal automatic update

    Il s'agit d'un module permettant de mettre à jour les modules contribués d'un site Drupal, et même le core, tout cela via l'UI (Interface Utilisateur), c'est-à-dire sans passer par le terminal ou le code source.

    Cette fonctionnalité est assez intéressante, et nous sommes d'ailleurs en train de travailler sur quelque chose de similaire en interne chez AOWS, mais il est trop tôt pour en dire davantage. Pour en savoir plus, surveillez nos prochains billets de blog ! :)

     

    • Claro

    Drupal va très bientôt être équipé d'un nouveau thème d'administration par défaut pour son Back-Office. Le précédent fut conçu il y a 10 ans, et aura bien vécu, mais il n'est tout simplement plus adapté aux usages modernes des contributeurs, en termes d'ergonomie, de design et d'accessibilité.

    Ce qui peut paraître comme un point de détail est une avancée majeure qui va permettre de rendre Drupal plus accessible par défaut à de nouveaux utilisateurs, le rapprochant des standards en termes de Back-Office, comme celui de WordPress par exemple.

     

    • Composer et Drupal

    Composer devient un outil toujours plus central dans la composition de l'ensemble des sites, frameworks et/ou CMS modernes en PHP. C'est en toute logique que la communauté Drupal a continué son travail pour améliorer l'utilisation combinée de Drupal et de Composer.

    Il est désormais possible d'installer et de mettre à jour Drupal en une seule étape, comme le montre la saisie d'écran ci-dessous :

    Composer drupal 8-8

     

     

    • Drupal découplé

    Drupal était déjà l'une des meilleures solutions Open Source où le Backend et le Frontend peuvent être séparés (souvent appelées "headless"). Mais la communauté a encore amélioré cela avec :

          > Une documentation auto-générée via Open API.

          > L'ajout de JSON:API Explorer.

          > Et l'amélioration des performances de JSON:API.

     

    JSON:API Explorer est particulièrement intéressant, rendant JSON API beaucoup plus facile à comprendre et utiliser. Cette fonctionnalité permet de composer une requête JSON:API avec l'aide d'une UI (Interface Utilisateur). 

    Nous avons d'ailleurs récemment développé et mis à disposition un outil similaire pour le site de notre client Paris Musées Collections avec la norme/technologie GraphQL.

    JSON API Explorer

     

    Le passage en Drupal 9

    La sortie officielle de Drupal 9 se rapproche : il ne reste ainsi plus que 8 mois avant de découvrir la prochaine version majeure de Drupal.

    Le passage de Drupal 7 à Drupal 8 fut assez douloureux pour l'ensemble de la communauté. L'ensemble des modules ont dû être réécrits, et certains des modules contribués les plus importants ont mis beaucoup de temps à être prêts en version 8. Drupal Commerce fut ainsi entièrement réécrit et a mis 2 ans avant de revenir à un état fonctionnel et technique comparable à celui qui était le sien en Drupal 7.

    Des leçons ont été tirées de tout cela afin que la prochaine montée de version majeure se passe beaucoup plus simplement.

    Tout d'abord, il fut pris en exemple le modèle de Symfony, où la version majeure suivante (Drupal 9) est égale à la dernière version mineure de la version majeure précédente (Drupal 8.9), moins le code déprécié.

    Et afin d'aider l'ensemble de la communauté à se préparer au passage à Drupal 9. Il existe d'ailleurs dès aujourd'hui, un module dédié pour indiquer si votre site est prêt. Il s'agit de Upgrade Status (à installer via Composer pour pouvoir gérer les dépendances).

    A noté qu'à 8 mois de la sortie de Drupal 9, 16% des 200 modules les plus populaires sont déjà prêts. Une bonne chose étant donné qu'à la sortie de Drupal 8, aucun module n'était prêt en même temps que le core.

    Changement de version majeure de Drupal

     

    Le futur de Drupal

    Mais une fois Drupal 9 sorti, il se passe quoi ?

    Et bien, nous (la communauté Drupal) allons continuer avec l'approche qui a fait le succès de Drupal. A savoir discuter collectivement pour identifier de nouvelles initiatives et travailler ensemble afin de les réaliser.

    Dries propose ainsi déjà 4 nouvelles initiatives pour le futur de Drupal sur le long terme :

    ⦁    Réduire les coûts et efforts pour la gestion d'un site en Drupal.

    ⦁    Prioriser l'expérience des nouveaux utilisateurs. Un nouveau thème pour le Front-Office est d'ailleurs en cours de construction grâce au sponsoring de l'entreprise américaine Lullabot).

    ⦁    Drive the open web  / Aider au développement du Web ouvert.

    ⦁    Etre le meilleur moteur de structuration des données.

    A ce sujet, en tant que developpeur back-end, celle dont nous voudrions ici vous parler plus en détail est l'initiative concernant l'orientation en tant que moteur de structuration des données. Qu'est-ce que c'est que ce terme compliqué ?

    D'après Dries, 4 Milliards de nouveaux utilisateurs arriveront sur Internet d'ici à 2022-2025. Et nous passerons de 20 milliards d'appareils connectés à Internet en 2020, à 300 milliards en 2030.

    Cela devrait engendrer beaucoup de changements majeurs. En plus d'une explosion du nombre de données circulant sur Internet, cela devrait également changer la façon dont circulent ces données, et la façon dont Drupal devrait interagir avec ces données.

    Actuellement, la saisie / l'insertion de contenu dans un site n'a pas beaucoup évolué depuis ces dernières années. Le contenu est entré manuellement dans un Back-Office puis rendu en HTML.

    Mais dans un futur proche, le contenu entrera dans Drupal de 12 manières différentes, et en sortira d'autant d'autres manières (vous l'aurez compris, 12 est un nombre aléatoire).

    Cela signifie également que dans le cadre du développement ordinaire d'un site, nous n'allons plus seulement être amenés à utiliser des WebServices externes mais également à produire des WebServices.

    Drupal Post Browser World

     

    Ainsi, Drupal doit évoluer pour ne plus être seulement un simple répertoire de contenu, mais avant tout un outil permettant de structurer et organiser ce contenu.

     

    Conclusion

    Les DrupalCon sont toujours l'occasion de prendre le pouls de la communauté, de saisir ses doutes et ses aspirations. De notre point de vue, le DrupalCon Amsterdam marque clairement l'entrée de notre CMS préféré dans un nouveau cycle prometteur de développement et de prouesses techniques, pour que cet outil Open Source continue a être le leader dans le monde sans pitié des CMS Open Source. En tant que développeurs Drupal, ces événements sont une source de motivation, d'inspiration et de formation. C'est une fierté d'appartenir à une communauté aussi brillante, active et inclusive.

    On pouvait croire Drupal usé, vieillissant et obsolète... Au contraire, le virage amorcé avec Drupal 8 et maintenant Drupal 9 le replace au centre d'Internet, et nous prenons le pari que si 1 site sur 40 tourne sous Drupal aujourd'hui, ce sera 1 sur 20 dans quelques années, grâce aux efforts de notre communauté.

     

    Post-Scriptum (un peu de tourisme / culture quand même)

    Dans les rues d'Amsterdam, Il fut impossible de tourner la tête sans voir un vélo. Mais nous n'avons pourtant aperçu AUCUNE boutique en vendant. D'où viennent-ils alors ? Comment se sont ils reproduits ? A qui profitent-ils ? Quel est leur réseau ?

    DRUPAL – 9 modules indispensables pour votre site web

    emeline.peysson
    30/10/2019
    Optimisation du SEO, aide au développement, assistance à la création de contenus éditoriaux… Découvrez notre sélection de 9 modules Drupal indispensables pour votre site internet !
    Modules Drupal indispensables pour mon site web

    Nous comptons aujourd’hui plus de 8000 modules Drupal proposés gratuitement par la communauté. Toutefois, il est souvent difficile de s’y retrouver tant le choix est vaste. Dans cet article, nous avons sélectionné pour vous, 9 modules Drupal indispensables pour la gestion de votre site internet. C’est parti !

     

    Les modules Drupal pour optimiser son référencement naturel

    Comme son nom l’indique, Metatag permet une gestion avancée et optimisée des balises Meta nécessaires au référencement, mais aussi au partage des contenus sur les réseaux sociaux (balises Twitter Cards et Opengraph pour Facebook par exemple).

    Avoir des URL claires c'est bien, mais avoir des URL claires générées automatiquement à la création de votre contenu, c'est encore mieux.
    Avec Pathauto, vous gagnez du temps : à chaque création de page, le module génère systématiquement une URL lisible pour l’internaute et optimisé pour les moteurs de recherches.

    Cet outil permet de maîtriser les erreurs 404 en redirigeant les pages concernées vers des contenus existants (grâce à une redirection 301).
    Vous comprendrez donc aisément, que ce module est d’autant plus indispensable pour gérer une refonte de site web.

     

    Les modules Drupal pour intégrer et développer son site internet

    Le système de gestion de la configuration (CMI) amené par Drupal 8 est d'une grande puissance, mais il peut aussi s'avérer dans certains cas, d'une extrême rigidité. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’on a affaire à de gros sites ou à des usines à sites avec des instances multiples (dev / preprod / prod).
    Grâce à Config Ignore, vous pouvez gérer plus facilement cet aspect complexe de l'intégration continue en Drupal 8.

    C’est le couteau suisse du développeur par excellence ! Cette extension est notamment très utilisée par les développeurs qui ne connaissent pas ou peu Drupal. En effet, Devel donne par exemple accès aux performances des pages web ou encore à la structure du site internet.

     

    Les modules Drupal pour créer et organiser ses contenus

    Depuis l'apparition des devices mobiles et du Responsive Web Design, une image doit être capable de s'afficher sous différents formats et différentes tailles.
    Au départ sur Drupal, on devait uploader (télécharger) une image pour chaque format. Aujourd’hui, le CMS nous permet de gérer les redimensionnements automatiques. Toutefois, cette amélioration ne tient pas forcément compte du cadrage.
    Avec Focal Point, vous pouvez définir en Back-Office un point focal pour chaque image afin que le module les redimensionne automatiquement en fonction du centre que vous aurez déterminé.

    Field Group permet d’organiser les formulaires de création de contenu afin de vous y retrouver plus facilement. C’est l’outil indispensable pour la construction logique et ergonomique des types de contenu Drupal.

    Paragraphs permet de créer des pages à la mise en forme parfois complexe en y incluant du texte, des photos ou encore des vidéos. C’est LA nouvelle façon de construire des contenus riches, sémantiques, accessibles et responsives depuis le Back-Office, en s'affranchissant du traditionnel RTE (Rich Text Editor).

    Lorsqu'on travaille la création de contenus en Back-Office, on s'aperçoit qu'un contenu n'est jamais seul : il faut l’illustrer et donc lui associer d'autres contenus (entités). Soit des contenus existants (sélection d'articles connexes), soit des médias (photos, vidéos). Le module Entity Browser propose une interface ergonomique et personnalisable pour que les utilisateurs puissent rapidement trouver et associer des contenus entre eux.

    Etude de cas - Paris Musées

    emeline.peysson
    22/10/2019
    Face aux enjeux et aux mutations digitales de ces dernières années, Paris Musées voit sa relation avec son public se modifier. C’est dans ce contexte que l’institution publique a lancé en 2016, un portail des collections inédit regroupant les 14 musées municipaux de la ville de Paris avec comme objectif premier de donner plus de visibilité à ses œuvres. Retour sur ce projet innovant.
    Etude de cas Paris Musées

     

    Face aux enjeux et aux mutations digitales de ces dernières années, Paris Musées voit sa relation avec son public se modifier. C’est dans ce contexte que l’institution publique a lancé en 2016, un portail des collections inédit regroupant les 14 musées municipaux de la ville de Paris avec comme objectif premier de donner plus de visibilité à ses œuvres.

     

    Une stratégie digitale adaptée au milieu culturel

    Chercheurs, grand public, professionnels d’art… Paris Musées a fait appel à Axess Open Web Services afin de renforcer sa stratégie de communication auprès de ses publics et ainsi répondre à quatre objectifs :
    -    Créer un portail commun pour les 14 musées municipaux de Paris en y intégrant une passerelle unique vers leurs différents sites web.
    -    Accroître la visibilité de ses collections comprenant 1 million d’œuvres et permettre une navigation fluide via internet.
    -    Inciter l’internaute à parcourir le portail grâce à des thématiques illustrés par les œuvres des collections.
    -    Communiquer et mettre en valeur ses expositions sur son portail tout en valorisant sa programmation d'activités culturelles dans les musées grâce à une refonte du site internet réalisée en janvier 2019.

    « Nous avons choisi Axess Open Web Services pour leur compréhension de notre problématique et leurs références dans le domaine institutionnel, mais également pour leur approche technique et ergonomique. » explique Philippe Rivière, Chef du Service numérique de Paris Musées.

    Drupal : un CMS puissant pour un projet d’envergure

    L’ensemble des sites internet de Paris Musées fonctionnant déjà sous Drupal, le choix de ce CMS était fortement conseillé : « Une fois le cahier des charges validé, tout est allé très vite. Le plus gros du travail a été mené dans les flux des données et la numérisation des œuvres » nous confie Philippe Rivière.
    Ouvrant une infinité de portes, le site web a été fait sur-mesure : il est notamment responsive, multilingue et doté d’un espace utilisateur. Qui plus est, une base de plusieurs millions d’items a été traitée afin de pouvoir proposer tout un ensemble de fonctionnalités : rechercher, filtrer, affiner et trier est très facile, sachant que le site propose également de personnaliser sa navigation avec des nouveautés et des suggestions en fonction de ses goûts personnels.

    Vers une ouverture des données : l’Open data

    Paris Musées a aussi la volonté de présenter en ligne un contenu ouvert et homogène grâce à l’utilisation d’une API (Application Programming Interface ou Interface de programmation en français).
    L’API fait office de passerelle et récupère les informations dont elle a besoin dans une base de données unique (le portail des collections) pour ensuite les réinjecter dans les différents sites internet de Paris Musées (exemple : Musée Cernuschi, Petit Palais) et leurs applications mobiles ("Pas à Pas" du Musée Carnavalet).
    Aujourd’hui à vocation interne, cette API sera ouverte à l’internaute début 2020 afin qu’il ait accès librement à toutes les données textuelles disponibles sur le portail des collections.

    Des retombées non négligeables

    Après la sortie de son site web « Paris Musées collections » en 2016, l’image de l’institution s’est renforcée avec pas moins de 14 retombées presse papier (Le Quotidien de l’art, Femme Actuelle, Direct Matin…), 39 retombées web (Le Parisien, Aujourd’hui Paris…) et 3 reportages télévisés (France 2, France 3 et BFM Business).
    Le site a même été accompagné d’une campagne de communication sur Instagram où 10 instagrameurs ont réinterprété de façon créative et décalée les chefs d’œuvre qui étaient diffusés en ligne. Les créations ont ensuite été exposées dans la gare Saint-Lazare à Paris pendant près de 3 mois. Résultat : pas moins de 33 retombées en France (M6, France inter, Les Inrocks…) et 56 à l’internationales (The Telegrap, Mashable, Lonely Planet…).

    Aujourd’hui, Paris Musées c’est :
    -    Plus de 310 000 œuvres en ligne
    -    Plus de 11 000 archives
    -    Près de 11 000 ressources bibliographiques
    -    Environ 40 000 visiteurs uniques par mois sur le site internet

    Des améliorations continues

    Trois ans plus tard, Paris Musées et Axess Open Web Services travaillent toujours ensemble afin d’améliorer sans cesse le parcours utilisateur tant d’un point de vue ergonomique que technique : « L’avantage d’Axess Open Web Services c’est son organisation projet, sa réactivité, sa réelle disponibilité au niveau des ateliers et son immersion complète dans la culture de notre institution. Cela leur permet de comprendre parfaitement nos enjeux et nos contraintes » indique Philippe Rivière.

    Télécharger l'étude de cas

     

    Le saviez-vous ?

    Paris Musées est une institution publique administrative créée en janvier 2013. Elle rassemble les 12 musées municipaux de la ville de Paris et 2 sites archéologiques.
    http://www.parismusees.paris.fr/fr
    http://parismuseescollections.paris.fr/fr

    Drupal : Le CMS idéal pour votre site web ?

    emeline.peysson
    07/10/2019
    Un CMS est une interface qui permet de créer, gérer et modifier le contenu d’un site internet de façon simplifiée. Voyons ensemble pourquoi Drupal est la solution idéale.
    Drupal - Le CMS idéal pour votre site web

     

    Aujourd’hui, avoir un site internet ne suffit plus. Il faut pouvoir le faire vivre et donc l’alimenter régulièrement en contenu. Pour ce faire, utiliser un CMS est LA solution pour les entreprises ne possédant pas de compétence interne en programmation web.

    C’est quoi un CMS ?

    C’est l’acronyme de « Content Management System » signifiant en français « Système de gestion de contenu ». En d’autres termes, un CMS est une interface permettant de créer, gérer ou modifier le contenu d’un site internet sans avoir à se soucier de la mise en forme. En effet, un CMS ne vous demandera pas de vous y connaître en programmation/développement informatique : une fois connecté au « back-office », il vous sera très simple de réaliser vos pages, de gérer vos catégories ou d’articuler vos menus. Dans la plupart des cas, vous aurez même la possibilité d’améliorer votre CMS en lui ajoutant des extensions comme une barre de recherche ou une aide au référencement par exemple.
    Enfin, autre avantage certain, un CMS peut être utilisé par plusieurs personnes en même temps.

    Quel CMS adopter ?

    Vous trouverez deux types de CMS sur le marché : ceux qu’on appelle Open Source (très nombreux et disposant d’une forte communauté) et les solutions Propriétaires (payantes et tributaires des choix de leurs créateurs). Chez Axess Open Web Services, nous vous conseillons d’opter pour un CMS Open Source car c’est l’option qui vous garantira souplesse et autonomie au quotidien, ainsi qu'une pérennité et une réversibilité facilitée sur le long terme.
    Il existe plusieurs CMS Open Source. Parmi les plus connu, Wordpress, Drupal, Magento, Prestashop, ou encore Joomla. En fonction de votre besoin (site vitrine, e-commerce, blog…), choisissez le CMS le plus adapté à votre entreprise.

    Pourquoi choisir Drupal ?

    Voici 4 raisons de choisir Drupal comme CMS :

    • Sécurisé : constamment mis à jour, Drupal est un CMS Open Source bénéficiant d’une forte communauté qui garantit son développement, sa maintenance et la protection maximale de ses utilisateurs. Entre autre, le site web de la NASA tourne sous Drupal !
    • Flexible : convient aussi bien pour un site vitrine qu’un site e-commerce. Le CMS est également très plébiscité pour la création d’intranet et d’extranet. Puissant, Drupal permet donc de réaliser tous types de sites, des plus simples aux plus complexes (d’ailleurs, plus le site est complexe, plus il se distingue de la concurrence).
    • Performant : Drupal offre la possibilité d’optimiser son référencement naturel sur les moteurs de recherche grâce à un Framework très abouti. Qui plus est, ses fonctions de base et ses modules complémentaires permettent de mettre facilement en oeuvre un site multilingue.
    • Personnalisable : des milliers de thèmes, de nombreuses extensions (modules) disponibles gratuitement… avec Drupal, il n’y a pas de limite ! Il existe d’ailleurs aujourd’hui, plus de 8 000 modules gratuits pour répondre à tous les besoins de vos projets.

    Use PhpSpreadsheet to read XLSX file in Drupal

    jcisio
    01/10/2019
    PhpSpreadsheet cannot open stream wrapper which is widely used in Drupal.

    We have been using PhpSpreadsheet since several years (when it was still named PhpExcel) with Drupal to read XLSX file. The chance is that, we never use it with a stream wrapper, which is particularly widely used in Drupal. Turn out that it does not work with stream wrapper because it uses ZipArchive to uncompress XLSX file and ZipArchive::open() does not support stream wrapper.

    While I think it is reasonnable that ZipArchive does not support stream wrapper because of some limit in the ZIP format and it would be nice that PhpSpreadsheet support it, I just need a way to work around this (then still unknown) problem. Get the real path:

    $filepath = \Drupal::service('file_system')->realpath($uri);
    $speadsheet = IOFactory::load($filepath);

    That's it. I omitted all debugging details by the way.

    PS: the server should have zip extension installed. ZipArchive is used by core, but only in the web installer and thus there is no mention about this extension in the requirement.

    Banques d’images gratuites : les alternatives à Adobe Stock et Shutterstock

    emeline.peysson
    23/07/2019
    Des photos gratuites, libres de droit et de qualités ? Voici une sélection de 3 banques d’images sans attribution requise pour tous vos projets.
    Banques d'images gratuites

    Besoin d’illustrer votre site internet ? De créer une plaquette ou un flyer ? Pour ce faire, trouver de superbes photos HD est essentiel. A défaut de les faire vous-même ou de les acheter, vous pouvez tout aussi bien les télécharger gratuitement tout en respectant le cadre légal.
    Voyons ensemble comment faire.

    Pourquoi choisir des images libres de droit ?

    Bien que des milliers d’images soient disponibles, notamment sur les moteurs de recherche, ces dernières ne vous donnent pas l’autorisation de les utiliser comme bon vous semble. En effet, une photo appartient à la personne qui la prend / qui la réalise. De ce fait, utiliser une image sans autorisation vous expose à des sanctions tant pénales que financières. D’où la nécessité de choisir des photos libres de droit sur des banques d’images en ligne. Mais vous vous rendrez vite compte que rien n’est gratuit, et bien que leurs tarifs soient raisonnables, le fait d’acheter une photo peut faire rebrousser chemin plus d’une personne.
    Mais pas d’inquiétude, il existe également des banques d’images gratuites. Elles sont certes moins alimentées mais la qualité est souvent au rendez-vous.

    Où trouver des banques d’images gratuites ?

    Nous avons sélectionné pour vous, 3 banques d’images gratuites qui selon nous font partie des meilleures.
    Sur ces sites, les auteurs vous autorisent à télécharger et utiliser librement leurs photos. Ces images appartiennent pour la plupart au domaine public : elles sont donc sous licence CC0.
    Attention toutefois aux exceptions ! Pensez toujours à regarder les autorisations de chaque image avant de les utiliser.

    N°1 - Pixabay >> https://pixabay.com/fr/

    • Plus de 1,7 million d’images et vidéos gratuites
    • Interface en français
    • Possibilité de choisir parmi différentes résolutions
    • Divers formats : photos, images vectorielles, illustrations et vidéos
       

    N°2 - Unsplash >> https://unsplash.com/

    • Plus de 1 million d’images haute résolution
    • Interface en anglais
       

    N°3 - Pexel >> https://www.pexels.com/fr-fr/

    • Des milliers de photos haute qualité
    • Interface en français
       

    Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour télécharger et utiliser librement des images HD. Pour cela, tapez simplement votre mot clé en français ou en anglais dans la barre de recherche de la banque d’images choisie.

    Le conseil d’Axess Open Web Services : si vous ne trouvez pas votre bonheur tout de suite, essayez des requêtes plus larges que vous affinerez ensuite au fur et à mesure.

    DRUPAGORA 2019 - On y était !

    emeline.peysson
    01/07/2019
    Cette année encore, l'équipe d'Axess Open Web Services était présente à Drupagora.
    Drupagora 2019 Axess Open Web Services

    C'est l'un des évènements francophones Drupal de l'année ! Le 27 juin 2019, Axess Open Web Services a participé à l’édition 2019 de Drupagora.

    Une journée dédiée à notre CMS préféré, orientée DSI et Chefs de Projet, où nous avons eu la chance en tant qu’experts Drupal, d’animer une conférence autour de la thématique suivante :

    Campusfrance.org + Drupal 8 : Comment industrialiser la production et l’intégration de près de 100 sites web sur un socle commun ?

    Vous n’avez pas pu être présent ? Pour retrouver la présentation de notre conférence, cliquez ici.

    Cette journée est aussi pour nous l'occasion de rencontrer et de discuter librement avec nos partenaires, concurrents et clients (ici sur la photo, Lucien Le Foll de Public Sénat). Nous sommes toujours aussi heureux de faire partie de cet écosystème brillant et de cette communauté Open Source stimulante !

     

    Portrait de Jean Fenouil, Chef de projet technique

    emeline.peysson
    14/06/2019
    Après de nombreuses années d’expérience en tant que développeur Drupal et Symfony 2 sur des projets d’envergure, Jean a rejoint l’aventure Axess Open Web Services en 2016. Il est aujourd’hui Chef de projet technique. Focus sur ce métier passionnant !
    Jean-Fenouil

    Après de nombreuses années d’expérience en tant que développeur Drupal et Symfony 2 sur des projets d’envergure, Jean a rejoint l’aventure Axess Open Web Services en 2016. Il est aujourd’hui Chef de projet technique. Focus sur ce métier passionnant.

    Axess Groupe : Que préfères-tu dans ton métier ?
    Jean Fenouil : Je pense que c’est la partie relationnelle.
    Quand tu es Chef de projet, tu es avant tout une interface entre le client, les architectes et les développeurs, l’objectif étant de trouver des solutions et des compromis pour chacun.

    A.G : Quelles est la plus grande difficulté du poste selon toi ?
    J.F : Le nombre de projets simultanés est parfois important et il est délicat de statuer sur des compromis entre les difficultés de réalisation et ce que veut le client.
    Il faut aussi savoir gérer d’éventuels retards, s’organiser en conséquence et reprioriser ses tâches.

    A.G : Il faut donc être agile…
    J.F : Exactement. Et ne pas avoir peur d’être interrompu régulièrement !

    A.G : Un conseil pour ceux qui souhaiteraient devenir Chef de projet ?
    J.F : Il faut être curieux de son métier, avoir un bon relationnel et savoir être agréable. Si tu as toutes ces qualités, il n’y a pas de raison que ça se passe mal.

    A.G : Un autre conseil ?
    J.F : Ne pas s’imaginer qu’il faut d’abord être développeur avant d’être Chef de projet. Ce sont des métiers différents. La continuité de développeur serait plutôt d’être architecte.

    A.G : Pourtant, tu as pris une voie différente…
    J.F : C’est vrai et c’est un véritable « plus » dans mon quotidien, surtout chez Axess Open Web Services.
    Ma culture technique me permet aujourd’hui de savoir évaluer les temps et de mieux guider mes équipes. Je peux aussi faire d’éventuelles vérifications et prendre des décisions rapidement si les développeurs ne sont pas disponibles quand j’en ai besoin.

    A.G : A quoi ressemble ta journée type ?
    J.F : C’est travailler sur plusieurs projets en simultané, entre 3 et 4 généralement. Des projets qui demandent souvent soit de la technique, soit de la maintenance.
    Je gère également les plannings, assure parfois une réunion en interne et reçois ou passe quelques appels téléphoniques à mes clients.

    A.G : Et pour ça, quels outils de travail utilises-tu ?
    J.F : Redmine pour la gestion des tickets, PHPStorm pour le développement, TeamGantt et Excel pour les plannings.
    J’utilise également ma boite mail et les sites web de mes clients bien entendu.
    Enfin, Toggl m’accompagne tout au long de la journée et m’indique le temps passé sur chacune de mes tâches.

    A.G : Et sinon, pourquoi avoir décidé de rejoindre Axess Open Web Services ?
    J.F : C’est déjà pour pouvoir travailler sur de beaux projets. Des projets majoritairement institutionnels et qui portent de belles valeurs.
    La seconde raison concerne la société en elle-même et sa taille humaine. Chez Axess Open Web Services, tu connais tes collègues et il existe un rapport de confiance avec ta direction. La taille de l’entreprise te permet également de voir directement l’impact des actions que tu mènes et évite beaucoup d’inerties.

    A.G : Si tu devais me citer le plus beau projet auquel tu ais participé chez Axess Open Web Services, ce serait lequel ?
    J.F : C’est un des premiers projets sur lequel j’ai travaillé quand je suis arrivé : celui de La Cité de l’architecture et du patrimoine.
    C’est un site agréable, efficace et sans trop de complexité. Sans compter que les clients sont exemplaires et humains. Ils ont des demandes réalisables et savent écouter nos conseils.

    A.G : C’est la fin de cet interview. Tu aimerais ajouter une dernière chose ?
    J.F : Oui. Ne pas oublier qu’être Chef de projet, c’est avant tout être humain !
    Je pense que le terme « Chef » n’a pas lieu d’être. Je dirais plutôt que je suis un « facilitateur » d’échanges entre les équipes et le client.